Notre-Dame de Rocamadour et le Vendée Globe

D’une blague, lancée par hasard par l’ancien curé de la paroisse Sainte-Marie des Olonnes (Vendée) à son confrère, ancien recteur du sanctuaire de Rocamadour (Lot), en est sorti un événement, complet, d’évangélisation. Alors que le P. de Gouvello demandait ainsi plein d’humour, à son confrère vendéen la raison de sa venue, pour ses vacances estivales, à Rocamadour, le P. Lautram lui répondait, malicieux : « c’est pour voler la Vierge de Rocamadour et l’amener aux Sables-d’Olonne ! » Amusé, le P. de Gouvello lui parle alors de l’existence du « RYC » (le Rocamadour Yacht Club) qui fait naviguer, régulièrement, une reproduction de la Vierge noire sur les flots. Le pied marin, le P. Lautram, pense à la course du Vendée Globe, se rapproche de l’association-dite et conçoit, avec elle et le Sanctuaire ND de Rocamadour, le projet d’amener la sainte patronne des aventuriers et des marins aux Sables juste avant la célèbre course. « Presque mystérieusement », tout s’enchaîne alors naturellement : l’association se montre partante, soutient, aide le tout nouveau curé de Sainte-Marie des Olonnes, et organise avec lui, l’arrivée sur mer, par voilier, de la Vierge noire dans le port, sept jours avant le début de la course en solitaire et sans escale. Elle sera accueillie, pendant la durée de la course, jusqu’au retour du dernier navigateur, dans l’église sablaise de Notre-Dame de Bon Port. Chaque skippeur reçoit également une sportelle – la « coquille Saint-Jacques » de Rocamadour – pour partir en mer.

Paroisse Notre-Dame de Rocamadour à Québec

Le 16 mai 1535, Jacques Cartier arme une flottille de trois navires et part pour Terre-Neuve. Surpris par la rigueur de l’hiver, il se trouve immobilisé dans les glaces du Saint Laurent, à bord du bateau la Grande Hermine de novembre 1535 à avril 1536. Le scorbut sévit cruellement à bord. Il décide de faire prier l’équipage devant une image de la Vierge Marie et fait célébrer une messe, en promettant d’aller en pèlerinage auprès de Notre-Dame de Rocamadour si Dieu lui donne la grâce de retourner en France.
Jacques Cartier rencontre alors les Amérindiens qui leurs expliquent les bienfaits de la tisane de cèdre blanc, ce qui permettra de guérir l’équipage. A son retour, il alla remercier la vierge à Rocamadour.

Chaque année ce miracle est commémoré dans ce qui est désormais la plus grande paroisse de Québec

Chapelle ND de Rocamadour

Paroisse quercynoise de Paris

Cliquez ici

 

Chapelle Notre-Dame de Rocamadour à Paris

Paroisse quercynoise de Paris

En 2017, une statue de Notre-Dame de Rocamadour a été intronisée solennellement à la Paroisse quercynoise de Paris en présence de Mgr Camiade.

Les bénévoles parisiens de Notre-Dame de Rocamadour s’y retrouvent régulièrement pour un temps fraternel et un temps de prière.

Adresse : chapelle Notre-Dame de Rocamadour – 50 rue du Théâtre – 75015 Paris

Le site de la chapelle Notre-Dame de Rocamadour

Notre-Dame de Rocamadour au Portugal

Paróquia de São Miguel de Soza

Au Moyen-âge, Notre-Dame de Rocamadour a connu un grand rayonnement européen. En Espagne et au Portugal plusieurs chapelles sont encore dédiées à Notre-Dame de Rocamadour.

En février 2018, le curé de la paroisse São Miguel de Soza (Portugal) est venu avec sa paroisse au Sanctuaire de Rocamadour. A leur retour, une statue de Notre-Dame de Rocamadour a été bénie au cours de la messe dominicale et installée dans l’église paroissiale, prolongeant ainsi un lien historique entre les deux sanctuaires.

Paróquia de São Miguel de Soza

Le Rocamadour Yacht Club

Emmener Notre-Dame de Rocamadour aux 4 coins du globe

Créé début 2011, le  Rocamadour Yacht Club s’est donné l’objectif de participer au rayonnement international de Rocamadour, sanctuaire maritime ; il constitue aussi un fonds documentaire témoignant de l’histoire maritime liée au sanctuaire.

Chaque année en septembre, il participe au pèlerinage des gens de mer au Sanctuaire de Rocamadour.